La Mission Asclepios est une plateforme où les scientifiques et les étudiants peuvent mener leurs expériences lors d’une mission analogue. Les différentes expériences ont été sélectionnées soit parce qu’elles s’accordent bien avec la « durabilité » ; soit parce qu’elles illustrent les tâches quotidiennes qu’un astronaute doit accomplir dans le cadre des expériences en cours sur ou à l’extérieur de la base, ou parce qu’elles pourraient profiter à l’exploration spatiale d’une manière ou d’une autre.

Avant d’aller dans l’espace, chaque aspect de la mission et chaque instrument ou machine doit être testé. Au cours de la mission analogue Asclepios, nos expériences portent sur la psychologie, la physiologie, les analyses de données, la géologie, l’astronomie, l’impression 3D et les EVA, entre autres. Dans cette équipe internationale, chaque élève est chargé d’une ou de deux expériences, selon son implication et son temps. Nous devons rester en contact avec le professeur ou le chercheur pour développer l’expérience, l’adapter à la mission si nécessaire, rédiger des protocoles, former les astronautes à sa réalisation, puis interpréter les données recueillies.

Facteur humain

Objectifs : 

  • Evaluer l’impact de la valeur de chaque astronautes dans la mission
  • Comment les intéractions entre les astronautes et le MCC peut les influencer

Comment ?

  • Questionnaire avant, pendant et après la simulation.
  • Plusieurs interviews pendant la mission
  • Analyse des astronautes à travers les caméras de la missions, où de leurs journeaux de bord

Par qui ?

Caroline Pulfrey (EPFL, UNIL), Kim Lê Van (HES-SAV), Sophie Goemaere (Université de Ghent, Belgique), Fabrizio Butera (UNIL)

Objectif :

Le but de cette étude est de valider les mesures standards de santé de la NASA et d’explorer certains des antécédents qui pourraient influencer les réponses des individus dans un environnement particuliers.

Comment ?

  • Sondage avant et après la mission
  • Rédaction d’un journal le matin et le soir par chaque astronaute

Par qui ?

Dr Nathan Smith, Research Associate in Psychology, University of Mancheste

Activités extra-véhiculaire

Objectif : 

Tester et évaluer une nouvelle approche pour la création de cartes avec des méthodes combinées de télédétection et d’observation sur le terrain

Comment ?

Les astronautes recueillent des données GPS, des images de surface et des images de paysage au cours d’une EVA pour chaque point de cheminement sur la carte

Par qui ?

Université de Bâle

Objectif :

Démontrer la capacité des drones à localiser les astronautes et leur utilité pour réduire le temps de sauvetage pour les futures missions

Comment ?

  • Activation de la balise puis poursuite de la localisation de l’astronaute
  • Émet la position de retour à la base une fois l’astronaute localisé
  • Retour à la base une fois l’astronaute récupéré

Par qui ?

Octanis

Objectif : 

Construire une antenne capable de faire de la radioastronomie directement durant la mission.

Comment ?

Pendant une EVA de deux heures, les astronautes vont construire une antenne de radioastronomie à partir de composants électroniques et de boîtes en carton.

Par qui ?

Callista, association d’astronomie de l’EPFL

Analyse de données

Objectifs : 

  • Permet aux astronautes d’apprendre à analyser et à interpréter les données provenant d’une autre planète.
  • Donne un aperçu des processus qui ont créé et façonné Mars.
  • Donne un filtre réaliste à la simulation.

Comment ?

  • Analyse des données enregistrées lors de la mission InSight de la NASA

  • Données géophysiques collectées par le sismomètre SEIS, la sonde thermique HP3 et le rotomètre RISE

Par qui ?

Professeur Domenico Giardini (ETH Zurich)

Objectif :

Aperçu préliminaire de la qualité de l’air intérieur et du confort thermique des membres d’équipage dans un vaisseau spatial simulé, ce qui permettra d’améliorer la conception et le fonctionnement du système de ventilation

Comment ?

  • Effectuer des mesures physiques de la qualité de l’air, y compris des échantillons intégrés de composés organiques volatils (COV) individuels, de formaldéhyde, de NO2, de SO2, d’O3 et des enregistrements longitudinaux de CO2 et de particules de taille résolue dans la gamme de diamètre de 0,3 à 10 µm.

  • Pour le confort thermique, effectuer des mesures de la température de l’air, de l’humidité relative et des températures de surface.

Par qui ?

The Human-Oriented Built Environment Lab (HOBEL)/ EPFL

Dr. Lusan Dicina

Objectif : 

Cette expérience s’inscrit parfaitement dans le cadre de la durabilité et permettrait aux futures missions de produire leur combustible in situ.

Comment ?

Pendant la mission, les astronautes devront se connecter au laboratoire de Zürich et collecter des données afin de les analyser.

Par qui ?

Professeur Aldo Steinfeld/PREC à l’ETH

Objectifs :

  • Capable de corroborer à distance la précision de la machine
  • Capable de vérifier si ce modèle pourrait être utile pour de futures missions spatiales dans le domaine de la collecte de l’eau et de l’examen des couches du substratum rocheux

Comment ?

  • 1 astronaute fera fonctionner le matériel situé à distance

  • 1 astronaute vérifiera les données collectées

  • Les données seront ensuite examinées par les deux astronautes

  • Conclusion sur la fiabilité et la précision des machines

Par qui ?

Dr. George Lordos – MIT

La vie au sein de la base

Objectifs : 

Valider la structure développée, observer l’efficacité du système, et être capable de satisfaire 30% des besoins nutritionnels quotidiens des astronautes.

Comment ?

Deux fois par jour, le matin et le soir, les astronautes vérifient l’interface utilisateur du GrowBotHub afin d’obtenir des informations sur les tâches à effectuer (récolter un légume, déplacer un pot, mesurer le niveau de pH du réservoir primaire, ajouter de l’engrais dans le réservoir primaire). Le système sera rempli de légumes à différents stades de croissance. Les premiers légumes devraient être prêts dès le premier jour, puis à intervalles réguliers pendant la mission.

Par qui ?

GrowBotHub (EPFL)

Objectifs :

Cette expérience a pour but d’évaluer un outil cherchant à faire gagner du temps, des ressources cognitive et limiter les communications inter-personnes problématiques aux astronautes. Le but est de créer une équipe humain-robot au sein de laquelle, un chatbot est responsable de ses propres taches permettant aux astronautes de se concentrer sur des événements plus important de la mission.

Comment ?

  • Les astronautes rempliront des tests cognitifs simples afin d’évaluer leur évaluation subjective de leurs interactions avec le chatbot.

  • Le chatbot sera observer lorsque les astronautes interagissent avec lui. La fréquence et le contenu seront enregistrés. Du contenu consulté fréquemment sera la priorité pour des améliorations futures.

Par qui ?

Christopher O’Hara

Fermer le menu